Fabriquer du lait maternel : le nouvel Eldorado

Par Publié sur 0 Commentaire 5 min. de lecture 2024 vues

 
Après les légumes de laboratoire, la viande de laboratoire, les scientifiques s’attaquent maintenant au lait maternel de laboratoire. 
 

Une startup américaine BIOMILQ travaille à la production artificielle de lait maternel humain à partir de cellules épithéliales mammaires humaines cultivées. Cette alternative aux préparations commerciales pour nourrissons a reçu 3,5 millions de dollars de Breakthrough Energy Ventures pour se développer, un fonds d’investissement axé sur des alternatives respectueuses de l’environnement pour lutter contre le changement climatique, cofondé par Bill Gates (parmi les autres membres du groupe il y a le PDG d’Amazon, Jeff Bezos, le fondateur du groupe Virgin, Richard Branson, et le créateur  de Facebook, Mark Zuckerberg). Le slogan de la start up BIOMILQ : “Ce n’est pas une formule. Ce n’est pas du lait maternel. C’est BIOMILQ”


Pourquoi un tel projet ?

Le site Web de BIOMILQ fait les déclarations suivantes : 
« L’allaitement est difficile pour la plupart et impossible pour beaucoup.»

« Nous sommes des femmes, dirigées par la science et centrées sur la mère.»

« L’allaitement maternel exclusif est irréaliste pour certaines et impossible pour beaucoup…»
Source : www.biomilq.com
L’argument selon lequel l’allaitement maternel et l’allaitement exclusif sont difficiles voire impossibles pour « la plupart des femmes » rappelle la publicité pour les préparations commerciales pour nourrissons (PCN). On pointe du doigt l’arbre qui cache la forêt, le sommet de l’iceberg pour vendre ses produits sans traiter le fond du problème. Comme si l’allaitement  lui-même était le problème.
Pourquoi une majorité de femmes n’arrivent pas à allaiter alors que seul un pourcentage très faible de femmes ne peut allaiter pour des raisons physiologiques ?  En quoi est-ce difficile ou impossible d’allaiter ? 

C’est essentiellement parce que notre société est institutionnellement structurée pour rendre l’allaitement maternel difficile et impossible. Les professionnels de santé ne sont pas formés et n’accompagnent pas correctement les parents qui ont choisi l’allaitement, les mères sont infantilisées pendant la grossesse et l’accouchement et perdent confiance en leurs capacités, la société fait tout pour séparer les mères et les bébés ce qui crée d’énormes difficultés au quotidien (congé maternité trop court, injonctions, jugements, manque de considération des mères au foyer…).    

 

Fabriquer un nouveau genre de substitut au lait maternel : LA solution ?

L’argument d’une entreprise dirigée par des femmes scientifiques centrée sur les mères est séduisante mais cela ne signifie pas qu’une telle entreprise soit dans l’intérêt des femmes et des familles du monde entier. Au final, leur produit vise à remplacer l’allaitement. Leur but ultime est de faire du profit. L’utilisation de cellules humaines prélevées sur des femmes pour créer un profit rappelle une sorte d’esclavage biologique. Comme le souligne David Alkiber journaliste pour Radio Classique dans sa revue de presse du 11 mars dernier, “ Voilà une technologie qui ouvre un abîme de questions bioéthiques : peut-on au nom du changement climatique et du bien-être animal faire du corps de la femme une commodité, séparer cette femme de ses fonctions symboliques les plus puissantes ?”

 

« Un produit supérieur »? 

Les fondateurs de cette start-up sont Leila Strickland, PhD, CMPP et Michelle Egger.  Leila Strickland a 2 enfants qu’elle a eu du mal à allaiter.  Les deux bébés étaient prématurés (les bébés prématurés ont souvent des difficultés à se nourrir qu’ils soient allaités ou non).
 Ses problèmes l’ont amené à réfléchir à un meilleur produit complémentaire pour les mères allaitantes. Elle déclare dans un article du New Harvest : « Une chose à noter est que le lait lui-même est une substance vraiment dynamique qui diffère beaucoup d’une femme à l’autre, et d’un jour à l’autre, en fonction de facteurs de sa propre biologie. Une partie du microbiome qui provient du transfert d’inférence maternelle pendant l’allaitement lui-même n’est pas quelque chose que nos produits reproduiraient. Certains avantages de nourrir le bébé au sein sont susceptibles de subsister. Cependant, notre produit sera largement supérieur sur le plan nutritionnel aux préparations pour nourrissons et offrira aux femmes un mode d’alimentation bien meilleur sur le plan nutritionnel pour leurs bébés et, et un peu plus réaliste pour eux. » https://www.new-harvest.org/biomilq_announces_breastmilk 

 

Vers un futur déshumanisant

BIOMILQ n’est pas la seule entreprise de biotechnologie à s’intéresser au lait maternel cultivé en laboratoire. Une start up basée à Singapour, TurtleTree, a annoncé qu’elle présenterait son propre lait maternel de laboratoire au public ce printemps. D’autres entreprises ont annoncé des ambitions similaires. Leur leitmotiv : fournir un jour à des millions de personnes un accès à nos produits laitiers et de nutrition infantile durables, fiables et de meilleure qualité. Cela signifie être respectueux de notre planète, de nos animaux et de nous-mêmes …
On peut s’interroger aussi sur ce point :  en quoi la fabrication d’un substitut au lait maternel serait plus écologique que l’allaitement ?   Ce lait “maternel” de laboratoire nécessitera l’utilisation de biberons et de sucettes. Cela signifiera plus de plastique et plus de dégradation de l’environnement.   Les produits de commercialisation pour nourrissons nécessitent un emballage. Nous créerons donc plus de déchets dans nos décharges. Le principe des substituts au lait maternel est que les mères et les bébés soient séparés.  Au lieu d’encourager l’allaitement et la séparation minimale des mères et des bébés, notre système capitaliste soutient le contraire.  Plus une mère qui allaite utilise des substituts du lait maternel, moins elle produit de lait maternel, ce qui entraîne un sevrage précoce et éventuel.
Ces entreprises veulent-elles vraiment lutter contre le changement climatique ou la course au profit au détriment des bébés est-il le véritable enjeu ? La marchandisation du lait humain et maintenant des cellules mammaires humaines crée l’illusion que ce qui est fabriqué en laboratoire est plus propre et donne accès à une réalité plus “ facile” que l’allaitement. Pourquoi tourner le dos à la Nature de cette façon ? Quand les sociétés qui en ont réellement besoin traiteront les problèmes de fonds concernant les faibles taux d’allaitement maternel ? Qui défendra l’allaitement quand la science soutenue par des milliardaires attaquera ses valeurs ?

 

signature

Subscribe so you don’t miss a post

Sign up with your email address to receive news and updates!

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Il n'y a pas encore de commentaire.

Fabriquer du lait maternel : le nouvel Eldorado

Fabriquer du lait maternel : le nouvel Eldorado

Publié sur

Après les légumes de laboratoire, la viande de laboratoire, les scientifiques s’attaquent ...

Est ce que je peux sevrer mon bébé la nuit ?

Est ce que je peux sevrer mon bébé la nuit ?

Publié sur

Voilà une question à laquelle il me paraît difficile de répondre par ...

Au sein de la Réunion

Au sein de la Réunion

Publié sur

C’est un véritable voyage que nous propose Séverine Langlois , photographe à ...

J’allaite et je dois sortir régulièrement.

J’allaite et je dois sortir régulièrement.

Publié sur

Comment faire pour me protéger au maximum et protéger ma famille durant ...

Nous faisons la promotion de l'allaitement maternel à travers notre magazine disponible en version PDF ou à feuilleter en ligne. Hot Milk existe également en version papier. Il est diffusé  gratuitement dans toute la France et ailleurs par des maternités, des professionnels de santé, des associations et des entreprises engagées dans le soutien à l'allaitement maternel.
Précédent
Est ce que je peux sevrer mon bébé la nuit ?
Fabriquer du lait maternel : le nouvel Eldorado